WWW.DISSERTATION.XLIBX.INFO
FREE ELECTRONIC LIBRARY - Dissertations, online materials
 
<< HOME
CONTACTS



Pages:   || 2 |

«Concepts et significations majeures des conduites à risque Par David Le Breton Significations des conduites à risque Paradoxalement les conduites ...»

-- [ Page 1 ] --

Pour citer cet article : LE BRETON, D. « Concepts et significations majeures des conduites à

risque », Journal des socio-anthropologues de l'adolescence et de la jeunesse, Revue en-ligne.

Date de publication : janvier 2012.

[http://anthropoado.com/le-journal-des-socio-anthropologues-de-l-adolescence-et-de-la-

jeunesse-textes-en-ligne/]

Concepts et significations majeures des conduites à risque

Par David Le Breton

Significations des conduites à risque

Paradoxalement les conduites à risque sont des techniques de survie et des tentatives de contrôle de la zone de turbulence traversées. Ritualisations sauvages d’un passage douloureux, le corps lui-même se mue en objet transitionnel projeté parfois durement dans le monde pour continuer un cheminement lourd de désarroi. Au moment de l’adolescence, quand les assises du sentiment de soi sont encore à vif et vulnérables, le corps est le champ de bataille de l’identité. Il effraie par ses changements, les responsabilités qu’il implique envers les autres, la sexualisation, etc.

Accroche au monde, il est l’unique moyen de reprendre possession de son existence.

L’ambivalence envers lui en fait un objet destiné à amortir le heurt d’une entrée problématique dans l’âge d’homme. Malgré ses transformations et son inquiétante étrangeté, le corps est la seule permanence qui relie à soi au fil du temps et des événements, même s’il se dérobe parfois.

Inéluctablement là, il est à la fois aimé et haï, investi et maltraité, part en soi des parents, lieu d’une paradoxale altérité, mais aussi objet n’appartenant qu’à soi, frontière entre les autres et soi, entre l’intérieur et l’extérieur, le monde interne et le monde externe. En le contrôlant, même en se faisant mal ou en se livrant à des conduites addictives, l’adolescent cherche à contrôler son existence, à apprivoiser son rapport au monde. Comme l’objet transitionnel de Winnicott, le corps ainsi utilisé n’appartient ni au moi ni au non moi, il est l’organe de la transition, du passage, le lien fondamental au monde, mais simultanément dissocié de soi et usé comme d’un instrument pour accéder à l’autre rive (Le Breton, 2007). Espace d’amortissement, le jeune le couve et l’écorche, le soigne et le maltraite, l’aime et le hait dans le même mouvement, avec une intensité variable liée à son histoire personnelle, et à la capacité de son entourage à faire office ou non de contenant de son désarroi.

Quand les limites de sens manquent, le jeune les cherche à la surface de son corps, il se jette symboliquement (et non moins réellement) contre le monde pour établir sa souveraineté personnelle, trancher entre le dehors et le dedans, établir une zone propice entre intérieur et extérieur. Pour faire enfin corps avec soi et prendre chair dans le monde, il faut éprouver ses limites physiques, les mettre en jeu pour les sentir et les apprivoiser afin qu’elles puissent contenir le sentiment d’identité.

Les conduites à risque sont des formes paradoxales de communication, rétablissent des lignes de vie, elles lancent un appel ambivalent à ceux qui comptent. Solution provisoire pour ne pas 1 mourir. Plutôt que ruptures, elles sont des tentatives d’ajustement au monde en essayant de ne pas renoncer tout à fait à soi. Elles témoignent de la résistance active du jeune et de ses tentatives de se remettre au monde. Le soulagement est provisoire et il convient de reproduire l’acte pour repousser encore la détresse sous une forme éventuelle d’addiction pour tenir le coup malgré tout. Les conduites à risque sont une manière radicale de s’extraire d’une souffrance et de forcer le passage pour accéder à un autre sentiment de soi. Ces conduites sur le fil du rasoir sont une tentative paradoxale de reprendre le contrôle, de décider enfin de soi quel qu’en soit le prix. Quête de limites pour y prendre un appui afin de revenir au monde. Si le choc du réel ne fait pas lien, il met en condition pour l’établir puisqu’il restaure l’unité de soi. Si ces conduites sont entendues par l’entourage, elles sont des accroches essentielles pour soutenir le jeune, l’accompagner, lui trouver des interlocuteurs qui ne sont plus l’entre soi, mais des tiers.

Spécificités adolescentes La reconnaissance, c’est-à-dire le sentiment d’exister dans le regard de ceux qui comptent et d’avoir une valeur pour soi, commande le goût de vivre du jeune. Le sentiment de soi repose sur un échafaudage de significations et de valeurs que les circonstances font et défont. Le monde en soi et le monde hors de soi n’existent qu’à travers les significations projetées à leur encontre.

Pris dans la « contingence du monde » (Strauss, 1992, 40), enchevêtré au cœur des circonstances sociales, le sentiment d’identité est saisi dans la trame du temps et des événements imprévisibles susceptibles de transformer les routines du rapport au monde. En élaborant la signification de sa conduite, l’individu est aussi élaboré par elle. Ses conditions d’existence le changent en même temps qu’il influe sur elles. Simultanément le sociologue ou l’anthropologue ne peut occulter les conditions spécifiques du statut de l’adolescence dans le monde contemporain (Lachance, 2011).

L’adolescence est aussi un passage. Les mêmes symptômes à quinze ou à quarante ans n’ont ni le même statut ni le même pronostic. L’adolescence est un temps fort d’obsolescence du sentiment d’identité tant qu’un centre de gravité n’est pas établi en soi. La résolution des tensions est rapide et inattendue, ou bien elle prend du temps, mais elle trouve le plus souvent une issue favorable. Surprenante est alors la capacité de reconstruction. Les modes de défense d’un adolescent n’ont pas la gravité de ceux d’un adulte. Contrairement à des hommes ou des femmes plus âgés, les adolescent(e)s sont encore dans un passage plein de virtualités, avec un sentiment d’identité labile. Le recours à des formes de résistance qui paraissent radicales est rarement un signe de pathologie, mais plutôt une forme d’ajustement personnel et temporaire à une situation de menace. « Il n’existe qu’un remède à l’adolescence et un seul et il ne peut intéresser le garçon ou la fille dans l’angoisse. Le remède, c’est le temps qui passe et les processus de maturation graduels qui aboutissent finalement à l’apparition de la personne adulte.





On ne peut ni les accélérer ni les ralentir, mais en intervenant on risque de les interrompre et de les détruire, ou encore ils peuvent se flétrir du dedans et aboutir à la maladie mentale », écrit Winnicott (1969, 257-258). D’où les enjeux cliniques et éthiques du diagnostic pour le médecin ou le psychanalyste. Les souffrances adolescentes sont puissantes, mais réversibles. Elles surprennent parfois par leur résolution rapide alors qu’elles semblaient aller vers le pire, de même d’ailleurs que l’eau dormante recèle parfois de douloureux réveils pour l’entourage n’ayant pas perçu l’étendue d’une détresse soigneusement dissimulée par le jeune. Dans l’immense majorité des cas les conduites à risque sont abandonnées au fil du temps. Elles participent de manière courante à la nécessité d’un ajustement au monde, elles se guérissent à 2 travers les expériences successives du jeune qui prend peu à peu ses marques. La reconnaissance soudaine octroyée par une relation amoureuse, une réussite sportive ou artistique, la résolution des tensions avec ses parents, par exemple, transforment en profondeur le sentiment qu’il a de soi. Tous les psychanalystes ne partagent pas ce point de vue, nombre d’entre eux tendent à enraciner le jeune dans son histoire œdipienne sans prendre en compte ses capacités de résistance et de symbolisation de son histoire au sein du lien social.

Les étiquettes psychiatriques enferment dans une essence, et une « imposition de statut »

(Strauss, 1992) qui alimente les réactions des autres à son égard en contraignant le jeune à une version limitée de ce qu’il est et de ce qu’il pourrait être. Elles induisent pour l’entourage ou les équipes soignantes un sentiment unilatéral qui engendre la répétition comme une self-fulfilling prophecy, le jeune se convainquant d’être une entité clinique et non un sujet en souffrance répondant à des situations précises. En outre, ses symptômes peuvent lui apparaître comme la seule chose qui lui appartienne en propre et il risque de les investir comme des bannières identitaires. Ils deviennent une manière efficace de se construire un personnage face aux autres.

En témoignent par exemple les nombreux sites Internet où des jeunes qui se coupent ou des anorexiques entretiennent une passion mutuelle pour des comportements se muant alors en label identitaire. Certains psychanalystes tendent à céder à ce principe d’une nomination qui dépossède l’acteur de son histoire au profit d’un symptôme.

Les conduites à risque touchent essentiellement des adolescent(e)s « ordinaires » qui souffrent de meurtrissures réelles ou imaginaires de leur existence. Elles sont un recours anthropo-logique pour s’opposer à cette souffrance et se préserver (Le Breton, 2007). Les circonstances ne laissent pas le choix des moyens pour s’en sortir. Mais surtout les conduites à risque constituent dans le même mouvement une résistance contre une violence sourde qui se situe en amont dans une configuration familiale, sociale ou une histoire de vie. Elles se dressent contre l’affect douloureux en lui opposant son cran d’arrêt. Il importe d’en interroger la signification et de comprendre en quoi, même si elles mettent en danger l’existence, elles la protègent aussi en lui permettant de se tenir la tête hors de l’eau. Ce sont des appels à vivre, des appels à la reconnaissance touchant des jeunes en souffrance en quête d’adultes leur donnant le goût de vivre et le désir de grandir. Des actes de passages, et non des passages à l’acte, pour là encore prendre une distance critique avec une notion courante de la psychanalyse (Le Breton, 2007).

Mais si les conduites à risque sont une recherche de guérison, elles contiennent le poison propre au pharmakon. Elles sont une solution provisoire qui doit vite trouver une forme moins dangereuse pour leur existence ou leur intégration sociale. Dans un premier temps, mêmes au prix de meurtrissures, ces ritualisations intimes participent du franchissement de la barrière de souffrance et elles dessinent une aire transitionnelle où s’enchevêtrent l’expérience émotionnelle et le processus de symbolisation. Ce sont des résistances immédiates ou étalées dans le temps à l’encontre du malaise éprouvé. Manière de se plier et de se redresser devant l’affect ou la situation sans se briser.

Des anthropo-logiques

Observer la dimension anthropo-logique de ces conduites en insistant sur leur caractère provisoire ne signifie nullement qu’il faut laisser l’adolescent se meurtrir. Les conduites à risque sollicitent une reconnaissance, un accompagnement du jeune une compréhension de ce que ces 3 conduites sont le signe d’une souffrance intense en amont. Elles mobilisent une prise en charge en termes d’accompagnement ou de psychothérapie, de soutien, de présence, de conseils, voire simplement d’amitié. La première tâche est de les convaincre que leur existence est précieuse, et de les détourner de ces jeux de mort pour les amener au jeu de vivre (Le Breton, 2002). Le recours aux anthropo-logiques pour penser les conduites à risque évite l’écueil d’une pathologie qui se confond souvent avec un jugement de valeur sur les comportements, transformant à leur insu certains psychanalystes ou médecins en « entrepreneurs de morale », il signale à la fois la souffrance et la nécessité d’une aide. Une aide qui n’est pas nécessairement celle de la médecine ou de la psychanalyse, en tous cas certainement pas le dispositif classique de la psychanalyse qui ne convient guère aux adolescents. Ces logiques de l’anthropos évitent aussi de concevoir les comportements du jeune uniquement sous l’égide d’une constellation œdipienne pour identifier plutôt une souffrance liée à un manque de reconnaissance du jeune de la part de ceux qui comptent à ses yeux, ou des fractures dans son histoire personnelle le mettant en deçà d’être en position de recevoir une reconnaissance ayant du sens pour lui.



Pages:   || 2 |


Similar works:

«Martin Potter NATURE IN MODERNITY: CAN IT SIGNIFY? – DAVID JONES AND NATURAL OBJECTS AS SIGNS Keywords: nature, symbol, poetry, utility aesthetics, modernity, ‘the Break’. Abstract: Since the Enlightenment nature has often been seen as a resource for exploitation rather than as an object of wonder. A combination of utilitarian modes of thought, the growth in the prestige of science and technology, and processes of industrialization, has favoured the tendency to view natural objects as...»

«3 Whose Apple Is It Anyway! Copyright © 2014 Linda F. Williams. All rights reserved. No portion of this book may be reproduced, stored in a retrieval system, or transmitted in any form or by any means — electronic, mechanical, photocopy, recording, scanning, or other — except for brief quotations in critical reviews or articles, or as specifically allowed by the U. S. Copyright Act of 1976, as amended, without the prior written permission of the publisher. Published by Whose Apple Press...»

«Department of Chemical and Biomolecular Engineering November, 2008 The mission of the Department is to provide the highest quality programs to educate students in the principles and applications of Chemical and Biomolecular Eengineering. The excellence of the program is ensured by the high regard for teaching, strong research activities and solid industrial ties. The program educates students to take leadership roles in industry, academia and government. The Graduate Program The Department of...»

«COPYRIGHT NOTICE: Theodore Ziolkowski: The Sin of Knowledge is published by Princeton University Press and copyrighted, © 2000, by Princeton University Press. All rights reserved. No part of this book may be reproduced in any form by any electronic or mechanical means (including photocopying, recording, or information storage and retrieval) without permission in writing from the publisher, except for reading and browsing via the World Wide Web. Users are not permitted to mount this file on any...»

«Perceptual Signal Coding for More Efficient Usage of Bit Codes Scott Miller Mahdi Nezamabadi Scott Daly Dolby Laboratories, Inc. What defines a digital video signal? •  SMPTE 292M, SMPTE 372M, HDMI? –  No, these are interface specifications –  They don’t say anything about what the RGB or YCbCr values mean •  Rec601 or Rec709? –  Not really, these are encoding specifications which define the OETF (Opto-Electrical Transfer Function) used for image capture –  Image...»

«Behaviour 152 (2015) 335–357 brill.com/beh Non-reciprocal but peaceful fruit sharing in wild bonobos in Wamba Shinya Yamamoto a,b,∗ a Graduate School of Intercultural Studies, Kobe University, 1-2-1 Tsurukabuto, Nada-ku, 657-8501 Kobe, Japan b Wildlife Research Center, Kyoto University, Yoshida-honmachi, Sakyo-ku, 606-8501 Kyoto, Japan * Author’s e-mail address: shinyayamamoto1981@gmail.com Accepted 30 December 2014; published online 29 January 2015 Abstract Food sharing is considered to...»

«Chapter 3 Glaucoma The Eyes Have It by Tim Root Is that one Due to budget cuts in mine? the ophtho department, all our white coats will No, be marked with sorry. corporate logos. I’m afraid Nike, Would you prefer Reebok, and Adidas Viagra, Valtrex, have already been or Monistat-7? claimed by the senior doctors. Crud! What’s left? Introduction to Glaucoma by Tim Root, M.D. Glaucoma is a disease where the optic nerve dies. We are not sure why or how this happens (there are many mechanical,...»

«SUBHRAJIT BHATTACHARYA Postdoctoral Researcher Department of Mathematics, University of Pennsylvania Room 3C7, 209 South 33rd Street, Philadelphia, PA 19104. phone: (001) 267-252-6638 • e-mail: subhrabh@math.upenn.edu • web: http://hans.math.upenn.edu/∼subhrabh/ PERSONAL INFORMATION Year of Birth: 1983 Country of Citizenship: India Marital Status: Married EDUCATION M.S. and Ph.D., Mechanical Engineering and Applied Mechanics (January 2012) University of Pennsylvania, USA. Ph.D....»

«THE BEST SOFTWARE WRITING I Selected and Introduced by Joel Spolsky The Best Software Writing I: Selected and Introduced by Joel Spolsky Copyright © 2005 Edited by Joel Spolsky All rights reserved. No part of this work may be reproduced or transmitted in any form or by any means, electronic or mechanical, including photocopying, recording, or by any information storage or retrieval system, without the prior written permission of the copyright owner and the publisher. ISBN (pbk): 1-59059-500-9...»

«Fast Track Trade Authority Must Be Replaced To Deliver Trade Agreement that Can Deliver Broad Benefits March 23, 2015 Dear Senator: Last fall, our organizations were joined by nearly 600 other unions and environmental, consumer, faith, family farm, civil rights, seniors, LGBT and other civil society organizations on a letter outlining the features of a trade authority mechanism that we would support. As negotiations on a prospective trade authority bill continue, we wanted to bring these...»

«Dedication This edition is dedicated to my old Dungeons & Dragons group, The Mutants of the Round Table (you know who you are), friends and family, and all those who supported me with encouragement, comments, reviews, and suggestions. Books by D.L. Morrese ~*~ ~Stories of the Warden's World~ An Android Dog’s Tale Defying Fate (Combined eBook Edition) The Warden Threat (Defying Fate Part 1) The Warden War (Defying Fate Part 2) Amy’s Pendant Disturbing Clockwork ~*~ ~Adventures of the Brane...»





 
<<  HOME   |    CONTACTS
2016 www.dissertation.xlibx.info - Dissertations, online materials

Materials of this site are available for review, all rights belong to their respective owners.
If you do not agree with the fact that your material is placed on this site, please, email us, we will within 1-2 business days delete him.