WWW.DISSERTATION.XLIBX.INFO
FREE ELECTRONIC LIBRARY - Dissertations, online materials
 
<< HOME
CONTACTS



Pages:   || 2 | 3 | 4 |

«ll, Cambridge Paul G. Hackett. A Tibetan Verb Lexicon: Verbs Classes and Syntactic Frames. Ithaca: Snow Lion Publications, 2003. xiv + 209 pages. ...»

-- [ Page 1 ] --

Compte Rendu1 — Nathan Hill, Cambridge

Paul G. Hackett. A Tibetan Verb Lexicon: Verbs Classes and Syntactic Frames.

Ithaca: Snow Lion Publications, 2003. xiv + 209 pages. $29.95. ISBN 1-5539-

196-0

L

’étude systématique de la syntaxe Tibétaine n’a commencé que

très récemment. Ce livre est donc un événement très attendu. La

démarche de l’étude de M. Hackett sur la syntaxe tibétaine

s’inspire au départ de la linguistique informatique et de la

traduction automatique. Les lecteurs de son livre seront vraisemblablement des êtres humains et non pas des machines. Par conséquent, il semble étrange que son approche de la grammaire tibétaine suive cette perspective.

N’étant pas un linguiste, et certainement pas un linguiste avec des inclinations informatiques, je ne peux évaluer la contribution substantielle que ce travail apporte à telle ou à telle théorie. Je me limiterai plutôt à une discussion de la façon dont il contribue ou non à une compréhension effective de la grammaire tibétaine.

En l’état actuel des recherches sur la syntaxe tibétaine beaucoup de questions de base restent encore sans réponse. Il eût été plus utile que Hackett consacrât ses efforts à l’établissement des réalités de la syntaxe tibétaine, et moins de temps aux questions de traduction du tibétain en anglais. Une analyse factuelle de la grammaire tibétaine devrait être un préalable à toute traduction saine, particulièrement pour ce qui est des traductions effectuées par une machine manquant de Sprachgefühl.

L’auteur a choisi pour son corpus exclusivement des textes bouddhiques dont la plupart sont traduits du Sanscrit. On peut se demander si la description grammaticale d’une langue peut effectivement être faite en utilisant de telles sources. Il serait peut-être plus simple de commencer avec des textes narratifs. Si la grammaire anglaise n’était pas déjà bien étudiée, serait-ce une bonne idée que de la décrire exclusivement avec des traductions de Hegel? Ce choix est d’autant plus regrettable que le corpus philosophique sanscrit est en train d’être étudié lexicographiquement par J.

S. Negi (1993-) de pair avec la rédaction de son dictionnaire exhaustif tibétain-sanscrit. Enfin, d’après moi, la forme verbale la plus intéressante aussi bien dans le domaine morphologique que syntactique est certainement l’impératif. Or les impératifs se trouvent rarement dans la littérature philosophique si on la compare à la littérature narrative. En fait, je ne trouve aucun impératif dans le dictionnaire mais je n’ai pas lu chaque lemme. S’il n’est pas erroné en soi d’étudier la syntaxe verbale dans une telle littérature, ce n’est néanmoins pas du tout le choix naturel.

Un regard sur sa bibliographie montre une faiblesse particulière dans les références à la littérature tibétologique.2 Les deux livres jusqu'ici consacrés à l’étude de la syntaxe tibétaine (Tournadre 1996, et Zimmerman

1979) semblent avoir échappé à Hackett. En particulier, le travail de Zimmerman aurait mérité d’être consulté parce que Zimmerman s'intéresse également à “la linguistique théorique”. En fait, la bibliographie ne contient Je tiens à remercier ici Guillaume Jacques, Marianne Ginalski, et Raja Haddad 1 pour leurs corrections du français, et Bettina Zeisler pour ses remarques.

Le Thumi dgongs gter par Dorje Wangchuk Kharto est donné sans date dans la 2

–  –  –

que des ouvrages en anglais, à l’exception de trois dictionnaires tibétaintibétain (en fait seulement deux, vide infra). S'il ne peut pas consulter les travaux susmentionnés, au moins aurait-il dû consulter les travaux de Tournadre en anglais, ainsi que le compte rendu de Zimmerman par Miller (1982, en anglais) qui explique clairement certains problèmes méthodologiques avec “la linguistique théorique”. Le seul prédecesseur qu’il ait consulté est Wilson (1992). Cette décision était certainement une erreur.

Wilson et Hackett ont décidé de suivre la tradition tibétaine sur le nombre de cas en Tibétain. La tradition indigène grammaticale énumère huit cas en imitant les huit cas du Sanscrit. Malheureusement, les systèmes d’inflexion nominale des deux langues ne sont pratiquement pas du tout comparables. Hackett et Wilson donnent les cas suivants: « 1. nominative (ming tsam), 2. objective (las su bya ba’i sgra), 3. agentive (byed sgra), 4.

beneficiary/purposive (dgos ched kyi sgra), 5. originative (‘byung khung kyi sgra), 6. connective (‘brel sgra). 7. locative (rten gnas kyi sgra), 8. vocative (bod sgra) » (Wilson 1992: xii). Leur choix de maintenir dans certains cas les termes traditionnels latins et dans les autres de calquer le terme tibétain reste totalement arbitraire. On se demande pourquoi “namitive” et “callitive” ne sont pas préférables à “nominative” et “vocative” quand “beneficiary/purposive” remplace le terme plus simple et mieux connu de “datif”.

Sur son choix terminologique Wilson dit:

–  –  –

Il écrit indo-aryen quand il veut écrire indo-européen, et les langues génétiquement liées ne sont nécessairement grammaticalement semblables.

Par exemple, le gaélique et le népalais sont tous deux des langues indoeuropéennes mais ne sont pas proches par leur structure grammaticale. Mais ce n’est pas suffisant de changer les noms des cas : il faut aussi en modifier l’analyse. En donnant la même analyse, mais avec un changement terminologique, Wilson ne fait que confondre sa description.





Par contre Hackett dit:

–  –  –

Evidemment, ces chercheurs sont anonymes et leurs arguments ne nécessitent pas une réfutation. Les sentiments de Hackett et Wilson sont donc tout à fait différents, bien qu’ils donnent exactement la même description. Il est clair que ces auteurs n’ont pas étudié le Latin. Le cas tibétain appelé “nominative” par Hackett et Wilson serait traduit en Latin par un accusatif dans la moitié des occurrences.

Le rapport entre le système casuel Latin et Tibétain est bien expliqué par Giradeau dans la préface de son dictionnaire Latin-Tibétain. Son explication est aussi la première explication correcte de l’ergativité en

Tibétain. Concernant le cas nominatif il écrit :

–  –  –

Hackett consacre une petite section à la description de l’ergativité. Il explique brièvement mais clairement ce qu’est l’ergativité. Mais malgré cette description, il appelle toujours absolutif le nominatif. Il donne même les termes “absolutif” et “ergatif” entre guillemets comme s’ils étaient moins précis. Il est ainsi surprenant de lire une phrase comme « In addition, Class V verbs take their objects in the nominative » (4). Le terme “absolutif” est déjà un classique employé dans les descriptions des langues ergatives, et je ne vois aucune raison pour ne pas l’employer en Tibétain. Quant au sujet qui consiste à donner des étiquettes à une structure grammaticale, van

Driem (2001: 649) dit sagement:

–  –  –

Il semble que nos deux auteurs pensent que les grammairiens indigènes ont raison du fait même qu’ils sont indigènes. Il faut noter que la tradition tibétaine grammaticale n’est pas vraiment indigène au sens où la grammaire de Påˆini ou de Fujitani Nariakira (1738-1779) est indigène. Le système sanscritique décrit parfaitement bien la langue sanscrite mais ne décrit pas bien le Tibétain ni le Français, ni aucune autre langue. Le phénomène qui consiste à décrire une langue comme si elle en était une autre est relativement commun. On peut citer l’exemple classique du grec par rapport au latin. Le nom du cas accusatif (accusativus du verbe accuso) est une traduction du mot grec ’αιτιακη du mot ’αιτια (lui-même de ’αιτεω “demander”) qui signifie dans ce cas “une cause” mais peut signifier aussi “une accusation”. Mais les grammairiens latins l’ont traduit par “accusativus” bien que sa fonction n’ait aucun rapport avec l’action d’accuser (Allen et Greenough §338). Également, quand le savoir hollandais arriva au Japon, les grammairiens japonais quittant leur tradition propre décrivirent leur langue comme s’il s’agissait du Néerlandais (Miller 1975: 1249-53). Les langues indo-européennes comme le sanscrit sont radicalement différentes des langues tibéto-birmanes et c’est simplement une erreur que de décrire le tibétain comme s’il s’agissait du sanscrit.

Le choix de la tradition grammaticale tibétaine d’analyser l’absolutif tibétain comme un premier cas sanscrit (c’est-à-dire nominatif) est peut-être plus sage qu’il n’y paraît au premier abord. Pour nous, le cas nominatif signifie le sujet du verbe, mais d’après le système de kåraka, le premier cas a une fonction nulle. Le troisième cas (c’est-à-dire l’instrumental) indique l’agent du verbe et le deuxième cas (c’est-à-dire l’accusatif) indique le patient du verbe ; mais il y a une règle qui dit qu’une phrase ne peut avoir les deux. En conséquence, la voix active donne le patient dans son cas propre et l’agent doit être placé dans le premier cas. Par contre, la voix passive donne l’agent dans son propre cas et le patient doit être placé dans le premier cas. Ainsi, une phrase sanscrite passive ressemble beaucoup une phrase tibétaine biactancielle ergative (Verhagen 2001: 279-283). La décision d’analyser l’accusatif sanscrit analogiquement avec les la don semble moins correcte, mais il convient de se rappeller que le deuxième cas du sanscrit (c’est-à-dire l’accusatif) a plusieurs fonctions en dehors de son emploi consistant à marquer l’objet d’une phrase transitive : il est possible que cette analyse ne soit pas aussi bizarre qu’elle paraisse (Kaschewsky 1978, Zeisler 2003). Même si les grammairiens tibétains avaient de bonnes raisons de décrire le système casuel comme ils l’on fait, le mot anglais “nominative” n’a aucun rapport avec le système de kåraka et le mot anglais “accusative” n’implique pas forcément tous les emplois sanscrits : c’est donc une erreur grave pour nous de suivre les grammairiens tibétains dans leur analyse.

Bien sûr, l’étude de la tradition grammaticale traditionnelle est très importante, et pourrait ajouter beaucoup à notre connaissance de la grammaire, mais les deux sujets ne sont pas les mêmes. En mélangeant les deux, Wilson et Hackett ne contribuent pas beaucoup à l’une ni à l’autre.

Inaba (1954) reste le meilleur en employant une étude des grammaires traditionelles tout en étudiant la grammaire elle-même. Sa mention manque dans la bibliographie de Hackett. Miller n’est pas non plus cité malgré plusieurs de ses articles sur l’histoire de la grammaire au Tibet (vide 82 Revue d’Etudes Tibétaines bibliographiam Verhaginis 2001 : 426-427). L’étude en deux tomes par Verhagen sur la tradition grammaticale est mentionnée, mais il ne semble pas que Hackett l’ait lue soigneusement. Bien que la plupart des grammaires indigènes soient des commentaires sur le Sum cu pa et Rtags kyi ‘jug pa attribués à Thon mi Saµbho†a, il est erroné de dire que les « Tibetan discussions of grammar date back to the two grammatical treatises attributed to Thon mi Saµbho†a » (4) parce que les deux textes Tibétains grammaticaux les plus anciens ne sont pas des commentaires sur Sum rtags.

Ni le Smra ba’i sgo mtshon cha lta bu zhes bya ba de Sm®tijñånak¥rti (Verhagen 2001: 37) ni le Yi ge’i sbyor ba de Sa skya Paˆ∂ita Kun dga’ rgyal mtshan (1182-1251) (Verhagen 2001: 69) n’en sont des commentaires, bien que le dernier partage des passages in extenso avec le Sum cu pa et le Rtags kyi ‘jug pa. Les premiers textes explicitement écrits comme des commentaires sur Sum rtags sont à ma connaissance les commentaires de Dbu pa blo gsal (florit ante 1253 ad post 1310)3 (Mimaki 1992).

De plus, Hackett dit In these [c’est-à-dire Sum rtags] and subsequent commentaries, Tibetan verbs are divided into three categories based on the dominant relational characteristics of their arguments: tha dad (“different”), tha mi dad (“not different”) and rje mthun (“concordant”). (4-5) Ni le Sum cu pa ni le Rtags kyi ‘jug pa n’emploient le terme tha dad pa. Ces mots se trouvent parfois dans le célèbre commentaire de Si tu paˆ chen Chos kyi 'byung gnas (1699/1700-1774) mais n’y apparaissent pas comme des termes techniques.4 L’emploi de ces termes comme termes standards est assez récent. Il existe aussi des termes équivalents byed ‘bral las tshig et byed med las ‘tshig qui sont plus communs dans les textes traditionnels et sont les termes actuels employés dans l’est du pays. L’histoire de la terminologie grammaticale Tibétaine mérite une étude spécifique. On peut dire au moins sur ce point que ces termes ne viennent pas directement de Thon mi Saµbho†a.

Pour en revenir au système casuel, le système sanscritique consistant à énumérer les cas pour le tibétain confond complètement des cas qui s’avèrent en fait indépendants, et crée ainsi des distinctions non existantes.

Parmi les marques casuelles pour le “purposive” (c’est-à-dire le datif), nous trouvons -su, -ru, -r, -tu, -d u, -na, -la ainsi appelés la don mais de manière surprenante la même suite se retrouve avec les marques casuelles du cas “locative”. Quelle est donc la différence entre le “locative” et le “purposive”? La réponse est semble-t-il purement de nature sémantique. Il est évident qu’une telle classification est tout aussi erronée que si le datif du grec était divisé en instrumental et en datif, ou si l’instrumental du sanscrit était divisé en instrumental et en comitatif. Les critères à partir desquels les cas doivent être énumérés sont la morphologie et la syntaxe mais pas la Son maître Rig pa'i Sengge mourut en 1253 d’après Gene Smith, et il compléta le 3

–  –  –

sémantique. S’il y a des fonctions du même cas qui diffèrent beaucoup sémantiquement, il est préférable de les indiquer séparément, comme “datif instrumental” (pour le grec) ou bien “instrumental d’accompagnement” (pour le Sanscrit) et non pas de créer ex nihilo des cas nouveaux.



Pages:   || 2 | 3 | 4 |


Similar works:

«NEVADA LEGISLATURE NEVADA SILVER HAIRED LEGISLATIVE FORUM (Nevada Revised Statutes 427A.320 through 427A.400) SUMMARY MINUTES AND ACTION REPORT The fourth meeting of the Nevada Silver Haired Legislative Forum (NSHLF) for the 20132014 interim period was held on Tuesday, February 18, 2014, at 10:00 a.m. in Room 4401 of the Grant Sawyer State Office Building, 555 East Washington Avenue, Las Vegas, Nevada. The meeting was video-conferenced to Room 3138 of the Legislative Building, 401 South Carson...»

«KELLEY DRYE & W ARREN LLP A LI MIT E D LIA BI LIT Y P ART NER SHI P 400 AT L ANT I C ST REET NEW YORK, NY FACSIMILE WASHINGTON, DC (203) 327-2669 ST AMFORD, CONNECT I CUT 069013229 CHICAGO, IL www.kelleydrye.com PARSIPPANY, NJ (203) 324-1400 BRUSSELS, BELGIUM M. RIDGW AY BARKER DIRECT L INE: (203) 351-8032 EMA IL: mbarke r@kel leydr ye.com AFFILIATE OFFICES MUMBAI, INDIA October 14, 2010 Securities Act of 1933 Rule 144 Rule 414 Form S-3 Form S-4 Form S-8 Securities Exchange Act of 1934 Section...»

«Noticias (Haciendo clic sobre el titular accederá directamente a las mismas) Argentina • República Dominicana: La situación epidemiológica • Vigilancia de hepatitis virales del país • Santa Fe: Un joven muere • Venezuela registra más por una infección por SARM de 180.000 casos de malaria provocada por un piercing Número 1.829 El mundo América 21 de octubre de 2016 • España, Catalunya: • Bolivia, Chuquisaca: Un muerto por un nuevo El 2,6% de los niños nacen Publicación...»

«Distribution Agreement In presenting this thesis or dissertation as a partial fulfillment of the requirements for an advanced degree from Emory University, I hereby grant to Emory University and its agents the nonexclusive license to archive, make accessible, and display my thesis or dissertation in whole or in part in all forms of media, now or hereafter known, including display on the world wide web. I understand that I may select some access restrictions as part of the online submission of...»

«AO 91 (Rev. 11/11) Criminal Complaint AUSA Stephen Chahn Lee (312) 353-4127 UNITED STATES DISTRICT COURT NORTHERN DISTRICT OF ILLINOIS EASTERN DIVISION UNITED STATES OF AMERICA CASE NUMBER: v. UNDER SEAL DIANA JOCELYN GUMILA CRIMINAL COMPLAINT I, the complainant in this case, state that the following is true to the best of my knowledge and belief. Beginning no later than 2011 and continuing until the present, at Schaumburg, in the Northern District of Illinois, Eastern Division, and...»

«University of Pennsylvania ScholarlyCommons Publicly accessible Penn Dissertations Spring 5-17-2010 CHARACTERIZATION OF B CELL DEVELOPMENT AND ACTIVATION IN THE ABSENCE OF AKT OR PRESENILIN Marco Calamito University of Pennsylvania, calamito@mail.med.upenn.edu Follow this and additional works at: http://repository.upenn.edu/edissertations Part of the Immunology and Infectious Disease Commons Recommended Citation Calamito, Marco, CHARACTERIZATION OF B CELL DEVELOPMENT AND ACTIVATION IN THE...»

«MD Research News Issue 207 Monday 17 November, 2014 This free weekly bulletin lists the latest published research articles on macular degeneration (MD) and some other macular diseases as indexed in the NCBI, PubMed (Medline) and Entrez (GenBank) databases. If you have not already subscribed, please email Rob Cummins at research@mdfoundation.com.au with ‘Subscribe to MD Research News’ in the subject line, and your name and address in the body of the email. You may unsubscribe at any time by...»

«LOCSU Community Services Glaucoma Repeat Readings & OHT Monitoring Community Service Pathway Issued by Local Optical Committee Support Unit May 2009 [Revised November 2013] Contents Page Executive Summary Background NICE Guidance and Quality Standards IOP referrals Tonometry methods Outline of Service Key Drivers Description Level 1a: Goldmann style applanation tonometry Level 1b: Visual field repeat readings Level 1c: Non-participating practices Level 2: OHT & suspect COAG Monitoring Patient...»

«Technical Documentation Predictor-LimA Type 7810 Valid from Version 9.0 Installation Manual English BE 1486 – 25 Predictor-LimA Type 7810 Valid from Version 9.0 Installation Manual October 2012 BE 148625 Trademarks Microsoft and Windows are registered trademarks of Microsoft Corporation · Intel is a registered trademark and Core is a trademark of Intel Corporation or its subsidiaries in the United States and/ or other countries · OpenGL is a registered trademark of Silicon Graphics, Inc....»

«1 Lowest Price chinese wholesale soccer jerseys,kids soccer uniforms wholesale Outle 【chinese wholesale soccer】 chicago sox jersey kids soccer uniforms wholesale,wholesale usa jerseys,wholesale dallas cowboys jerseys,jerseyswholesale,soccer jerseys nike,soccer jersey wholesale usa,custom polo team jerseys soccer,replica soccer uniforms wholesale,custom jerseys nike soccer,wholesale throwback jerseys,infant soccer jerseys,soccer shirts wholesale,germany soccer jerseys,nike soccer jerseys...»

«NDA 020711/S-034 Page 3 NDA 20-711 ZYBAN® (bupropion hydrochloride) Sustained-Release Tablets Smoking Cessation Aid GlaxoSmithKline 5 Moore Drive, Durham, NC 27709 919-483-3763 RISK EVALUATION AND MITIGATION STRATEGY (REMS) I. GOAL: The goal of this REMS is to inform patients about the serious risks associated with the use of ZYBAN.II. REMS ELEMENTS: A. Medication Guide GlaxoSmithKline, in accordance with 21 CFR 208.24, will make the Medication Guide available for distribution to patients. The...»

«Globally connected, Locally engaged Active Citizens: Toolkit. Copyright © 2011 (v2 2012) The British Council This material may not be reproduced in any manner without the written permission of the copyright holders. 1 Contents Introduction About this toolkit and Acknowledgements About Active Citizens The participants’ experience The Active Citizens Learning Journey Explanation of terms Planning Delivery Recommendations Recruiting Participants Principles to support delivery Monitoring and...»





 
<<  HOME   |    CONTACTS
2016 www.dissertation.xlibx.info - Dissertations, online materials

Materials of this site are available for review, all rights belong to their respective owners.
If you do not agree with the fact that your material is placed on this site, please, email us, we will within 1-2 business days delete him.